LES INTERVIEWS


  • Juillet 2004 : Interview réalisée pour www.poukram.org à l’occasion de la sortie prochaine de Sillage – Tome 7 :
    Quartier de Haute Insécurité.



  • M. & P.
    QHI, le tome 7 de Sillage , est terminé. De quoi es-tu le plus satisfait dans cet album ?
    J.D. M.

    Du ton, qui me semble être celui que l'on avait choisi au début. On a tenu à faire un album plus dur, parce que le sujet s'y prêtait. On voulait aussi que cela se voit dès la couverture, et Philippe a un peu insisté pour qu'on ait pas encore une fois Nävis assise avec un air mélancolique ;)

     
    M. & P.
    Ce tome est sans conteste le plus violent de la série. Nombreux seront les lecteurs surpris par cette dimension « gore ». Pourquoi un tel choix ?
    J.D. M.

    Parce que l'album se passe en prison pendant une révolte. Il fallait donc être un peu plus extrême, pour faire ressentir au lecteur qu'il va rencontrer ce qui se fait de pire comme personnages dans la galaxie. Et que même Nävis, qui a vécu des situations de merde pourtant, a affaire à une situation très difficile à gérer.

    Cependant, on a habillé une ou deux scènes d'une manière plus amusantes pour détendre un peu l'atmosphère !
     
    M. & P.

    C'est dans cet album que l'on en apprend plus sur la mystérieuse bande blanche que Navïs porte sur le visage… Mais aussi sur le passé de Rib'Wund ainsi que sur le trafic de planètes… Etait-il temps de faire des révélations  ?

    J.D. M.

    Oui, je crois que les gens en veulent. Je les comprends. Nous, ça nous semblait vraiment accessoire, au début. Mais ils désirent en savoir plus sur notre héroïne. C'est bien aussi de les écouter. Ça annonce une quête des humains qui sera creusée dans le tome prochain.

    Puis on creuse aussi la relation Atsukau/Bobo que seuls les lecteurs du collectionneur connaissaient jusqu'à lors (il va être réédité prochainement d'ailleurs) !
     
    M. & P.
    Lorsque Philippe a terminé l'album, ce dernier était-il fidèle à la vision que tu en avais au moment de l'écriture du scénario ?
    J.D. M.
    Avec Philippe, je ne suis jamais inquiet. On a une discussion permanente, et notre imaginaire va dans le même sens. Si un truc cloche, on en parle. Mais ça roule assez bien
     
    M. & P.

    Restes-tu le maître au niveau du découpage ou bien Philippe arrive t-il à te faire changer d'avis, à te surprendre, voir même de t'obliger à remanier le scénario ?

    (Note du Webmaster : JD écrit généralement le scénario au fur et à mesure de l'avancement du dessin, par groupe de huit à dix planches) ?
    J.D. M.
    Oui, et c'est bien comme ça. Ca prouve que rien n'est figé, et qu'on doit se remettre en question souvent. Il m'arrive aussi de changer des choses au fil de l'album qui me semblent mieux. Parce que cette nouvelle idée me plaît, et quelle peut surprendre Philippe et les lecteurs .
     
    M. & P.
    Philippe a t'il modélisé en maquette ou en 3D la prison et les vaisseaux, afin de pouvoir les observer sous tous les angles ?
    J.D. M.
    Une 3D en synthèse de la prison, oui. Intérieur (couloirs centraux) et extérieur. Pas les vaisseaux, non, il maîtrise bien la perspective sur les corps comme sur les machines.
     
    M. & P.
    Quelles ont été tes sources d'inspiration pour écrire cet album de Sillage   ?
    J.D. M.
    Sûrement des tas de films, de livres et de BD de prison vus au cours de ma vie, et de celle de Philippe. On n'a pas fait de viol, ce qui est un grand classique carcéral, parce que personne ne trouve Nävis à son goût.
     
    M. & P.
    L'univers carcéral et sa surpopulation est un sujet d'actualité en France comme dans de nombreux autres pays. Les dirigeants de Sillage ont-ils des solutions miracle à suggérer ?
    J.D. M.

    Je crois qu'ils ont les mêmes problèmes que nous, ici. Il faudrait qu'il y ait moins de crimes, ce serait plus simple. Mais c'est impossible.

    Moi ce qui me vient comme réflexion, c'est que je trouve que proportionnellement, il y a assez peu de gens qui pètent les plombs. La "morale" sociétale reste assez bien ancrée dans les gens… je suis presque surpris parfois qu'on ait pas plus de tueurs. Mais c'est un autre débat .
     
    M. & P.
    As-tu des infos en ce qui concerne les potentiels tirages spéciaux de ce tome 7 ? Ou encore les ex-libris et autres goodies ?
    J.D. M.

    Je ne sais plus bien pour le tirage du Sillage. Ce sera un gros tirage, avec une bonne mise en place, je pense.

    Il y aura très peu d'ex-libris, et normalement un tirage un peu plus luxe, et un tirage de tête plus complet. Mais je n'ai pas encore de vrais détails à donner.
     
    M. & P.
    Beaucoup de lecteurs ont reproché au tome 6 : Artifices, des cases un peu petites et un scénario trop condensé. Est-il envisageable que Sillage passe un jour à 56 voir à 64 planches ?
    J.D. M.
    C'est plus long à faire, plus difficile à gérer dans le temps, plus cher à faire pour l'éditeur, et plus cher pour le lecteur, du coup. Nous, on aime bien la densité dans les albums, on essaye de donner de quoi lire aux gens. C'est notre méthode, on essaye de ne pas faire trois livres là où on peut n'en faire qu'un. Ça a des désavantages, sûrement. Mais c'est notre choix… et finalement, ça n'a pas l'air de tant déplaire que ça ! .
     
    M. & P.
    Sillage était prévu à la base en deux tomes, mais c'était sans compter le succès du premier album A feu et à cendres  ! Philippe et toi avez parlé par la suite de dix, quinze, vingt, puis dernièrement ( cf. interview Raspoutine 2004 ) trente tomes pour la série Sillage  !!! Est-ce votre dernier mot ou souhaitez-vous faire monter les enchères ? (en cas de réponse une, inutile de dire "Jean-Pierre" dans la réponse ;-))
    J.D. M.
    Non, ce n'était pas limité à 2 albums au début ! On avait envie de faire des histoires indépendantes tout en connaissant la fin. On ne savait pas quand elle allait arriver, cette fin mais on espérait bien plus que 2 quand même. D'ailleurs, on ne sait toujours pas quand elle va arriver à l'heure actuelle. Inutile donc de donner un chiffre, il ne pourrait être que faux. Mais on a encore des envies et des idées, autant en profiter !
     
    M. & P.

    Le tome 6 Artifices est sorti en août 2003, le tome 7 Q.H.I. sort en août 2004.

    Un gars avec des griffes en adamantium ne risque t'il pas de chambouler cette machine si bien rodée qui nous permet de retrouver notre héroïne préférée tous les ans* ?
    J.D. M.
    Non non, un par an, c'est le rythme. On essaye de s'y tenir ardemment. Mais c'est à cause du poilu que Philippe fera moins d'ex-libris. Le Wolvie doit sortir pour Angoulême, alors on aura le temps ensuite de faire le Sillage. Pas d'inquiétude .
     
    M. & P.
    Lors de la sortie du T4 de Sillage, tu avais donné les thèmes des tomes 5,6 et 7 lors d'un entretien sur le site BDParadisio . Peux-tu, pour la sortie du T7, nous parler des T8, T9 et T10 ? (Allez, steupl ;-))
    J.D. M.
    On avait parlé, mais ensuite, on avait changé l'ordre. Alors cette fois n'allons pas trop loin. Dans le 8, des humains. Ensuite...
     
    M. & P.
    Peux-tu donner l'âge de Nävis au moment du tome 7, en années terrestres, de manière à clore le sujet qui revient souvent sur les forums ?
    J.D. M.
    Moi je n'en sais jamais rien. Je laisse Philippe le dire, il est plus au courant que moi… c'est lui qui la dessine ;)
     
    M. & P.

    [mode Drucker on] Philippe, si tu nous lis... [mode Drocker off]

    Faisons un point rapide sur les divers gros chantiers Sillages … Peux-tu nous dire où en sont les projets de dessin animé, jeux vidéos ou encore jeux de rôle sur notre héroïne favorite ?

    As-tu un scoop a réserver aux internautes du site officiel ?
    J.D. M.

    Ben heu, non…

    Tout ça n'avance pas très vite, et notre priorité reste la BD. N'empêche qu'un dessin animé de Nävis, ça nous dirait bien. Avis aux producteurs !
     
    M. & P.
    Comme tu l'as signalé tout à l'heure, Le Collectionneur, co-écrit avec Miroslav Dragan, a rencontré un grand succès et sera à ce titre prochainement réédité. Un tome 2 est-il prévu, et si oui, pour quand ?
    J.D. M.
    Pas prévu pour le moment… on n'a pas encore d'idée de concept pour joindre une histoire aux dessins. Mais un art-book "simple" peut arriver un de ces 4…
     
    M. & P.
    Philippe a également parlé de son envie de créer un vrai "guide du routard" de Sillage (cf. Interview sur www.brusselsbdtour. com). Où en est ce projet ?
    J.D. M.
    Bonne idée, oui. Il faut encore tout faire ! C'est pas fastoche comme projet…
     
    M. & P.
    Cette année a vu l'apparition de Nävis en janvier et des Chroniques de Sillage en mai, (avec dans ce dernier une histoire de Noé très appréciée des fans). As-tu d'autres projets du même style sous le coude ?
    J.D. M.
    Un deuxième Chronique et un deuxième Nävis pour l'année prochaine. Rien d'autre de prévu, c'est déjà pas mal comme ça !
     
    M. & P.
    À quelle fréquence passes-tu jeter un oeil sur le forum de www.poukram.org ?
    J.D. M.
    Sur le forum, ça fait longtemps, tiens. Il faut dire que j'ai un gros taf ! Mais je vais y retourner de ce pas !
     
    M. & P.
    Quelles ont été tes dernières lectures (hors BD)  ? Et quels sont tes derniers coups de cœur / coups de gueule en matière de ciné/DVD ?
    J.D. M.
    Six feet under en DVD, Mon père (Jonquet) en livre.
     
    M. & P.
    Tu travailles actuellement sur de nombreux autres projets, dont un extrêmement attendu : le nouvel album des aventures de Spirou et Fantasio. Le fait de travailler sur une série avec des enjeux considérables a t-il modifié ta façon de faire de la BD ?
    J.D. M.

    Oui et non. Non et oui.

    Non parce que j'essaye de garder la même envie de raconter des choses qui vont plus loin que des poursuites.

    Oui parce que j'ai compris qu'il faut être très clair pour parler au GRAND public. La narration de Sillage, c'est encore un peu complexe à lire pour toucher tout le monde. Mais ce qui est intéressant, c'est d'essayer de faire évoluer les gens vers de la BD moins "simple".
     
    M. & P.
    En parlant de Spirou et Fantasio… la maison d'édition Dupuis vient d'être rachetée par un grand groupe qui détient déjà les éditions Dargaud-Lelombard. Que penses-tu de ces regroupements d'éditeurs ? Selon toi cela peut-il être mauvais pour la diversité de la BD ?
    J.D. M.
    Non, je ne crois pas. Je suis peut-être optimiste, mais je pense que les directeurs éditoriaux vont rester. Et chacun aura sa propre vision. Je ne vois pas l'intérêt de racheter une maison d'édition pour faire la même chose que dans celle que l'on possède déjà. Ce serait de l'auto-conccurence un peu vaine.
     
    M. & P.
    Pour finir, quels sont les prochains festivals où toi et Philippe êtes susceptibles de rencontrer vos lecteurs dans les mois à venir ?
    J.D. M.

    Moi je fais avec Jose-Luis une grosse tournée Spirou début septembre qui se termine juste avant le festival Delcourt à Bercy. Philippe y sera, et moi je verrai si je ne suis pas mort après 2 semaines de dédicaces aux 4 coins de la France.

    Sinon une expo 510 TTC au sens large en novembre à Lyon. Pour le reste, on ne sait pas.
     
    M. & P.
    Merci Jean David
    J.D. M.

    Merci.

     

     

    Interview réalisée par Michel, webmaster de www.poukram.org - en collaboration avec Paul "Jahukhan", rédac-chef d'Artikzone, le webzine de la BD.
    [15-07-2004]

    * Philippe Buchet et Jean David Morvan vont réaliser 2 comics sur le personnage des X-men : Wolverine

    Logo Sillage

    Trois entretiens avec Bengal, Noé et Bessadi
    à l'occasion de la sortie de
    SILLAGE - LES CHRONIQUES - Volume 1
    14-05-2004

    BENGAL

    Comment êtes-vous devenu chroniqueur officiel de l'univers de Sillage ?

    À la demande de Jean David, qui m'a confié la tâche simple et agréable de réaliser les illustrations de chapitre. Ce fut un plaisir.

    Pourquoi avoir accepté cette mission ?

    J'aime bien tout ce qui est échange, partage : comment refuser de mettre sa petite patte sur un collectif sympa comme ça ! J'ai accepté de suite !

    Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

    En ce qui me concerne, si on peut appeler ça une difficulté, c'était de ne pas pencher dans le style de chacun des 5 auteurs pour faire les illustrations. J'ai fait attention à rester homogène et simple.

    N'est-ce pas difficile de s'approprier l'univers graphique de quelqu'un d'autre ?

    Je me suis donc contenté, après lecture de chacune des petites histoires, de retenir ce que je venais de lire, et juste laisser sortir ce que j'en avais retenu, ce que ça m'évoquait.

    Avez-vous une anecdote à nous raconter sur le sujet ?

    Je n'étais pas prévu à l'origine dans cette aventure, donc merci de m'avoir proposé de participer !


    Noé

    Comment êtes-vous devenu chroniqueur officiel de l'univers de Sillage ?

    Mon arrivée dans l'univers de Sillage est due à Jean David. Mon premier contact avec lui date d'un an déjà, lors du salon de la BD à Barcelone. Il connaissait les travaux que j'avais réalisé pour le magazine Kiss des Éditions La Cupula (Espagne), et il a manifesté, auprès de personnes travaillant pour cet éditeur, son désir de me rencontrer lors d'un entretien. Ainsi commença une longue correspondance par email, qui s'intensifia lorsque je découvris cette œuvre fabuleuse qu'est Sillage… et qui entraîna mon implication dans le projet.

    Pourquoi avoir accepté cette mission ?

    Parce que c'est un grand honneur pour moi de participer à cette saga. Je ne connaissais pas cette série, jusqu'à ce que je reçoive les trois premiers tomes traduits en espagnol, que je ne pus refermer avant d'avoir tout lu. Cela faisait longtemps qu'une BD ne m'avait pas captivé autant. La manière dont s'accordent les histoires de Morvan et les dessins de Buchet est tout simplement inégalable.

    Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

    Sans doute me rapprocher au maximum du travail minutieux et exigeant de Buchet. Ce fut un défi pour moi. Mes histoires étaient dessinées jusque-là avec un trait assez simple. Avoir à affronter ce qui semblait alors être chose impossible me servit à enrichir et améliorer ma production.

    N'est-ce pas difficile de s'approprier l'univers graphique de quelqu'un d'autre ?*

    Il est certain qu'on peut rencontrer des problèmes à s'impliquer dans l'univers graphique de quelqu'un d'autre, ce qui m'arriva. Je le fis savoir à JD Morvan, qui me conseilla simplement de continuer à dessiner comme je le faisais d'habitude. Cette remarque me calma et je pus dessiner sans plus copier Buchet. Je me sentis ainsi prêt à faire du mieux que je pouvais. Une fois la question strictement plastique définie, le reste fut simple, les dessins de Buchet étant tellement clairs et limpides, que je n'avais aucun doute quant aux spécificités des personnages et des décors.

    Avez-vous une anecdote à nous raconter sur le sujet ?

    J'ai été surpris par l'intuition qu'a eue Jean David en rencontrant les dessinateurs des Chroniques. Je crois que le scénario qu'il m'a confié correspond le plus à ma sensibilité. L'atmosphère dramatique et la mélancolie de Berdsq (personnage allié de Nävis dans le tome 6) se rapprochent vraiment de moi-même, et me permirent une rapide empathie avec les personnages. Ma surprise augmenta lorsque je réalisai que ce côté de ma personnalité m'était inconnu, c'est du moins ce qu'il me semblait, alors que Jean David l'avait perçu à travers les BD que j'avais déjà faites.


    Bessadi

    Comment êtes-vous devenu chroniqueur officiel de l'univers de Sillage ?

    Je bosse déjà avec Morvan sur Zorn et Dirna chez Soleil, ce qui a facilité la proposition !

    Pourquoi l'avoir accepté cette mission ?

    J'adore cette série et y participer est un honneur qu'on ne refuse pas. J'ai été encore plus content de savoir que Benoît Springer (dont j'apprécie beaucoup le travail) y participait aussi.

    Quelles ont été les difficultés rencontrées ?

    Dessiner le robot Snivel.

    N'est-ce pas difficile de s'approprier l'univers graphique de quelqu'un d'autre ?*

    Pas spécialement. Au niveau du graphisme, je pense être de la même école que Philippe, et ça m'a pas mal aidé.

    Avez-vous une anecdote à nous raconter sur le sujet ?

    Oui. Vu que j'avais quelques difficultés à dessiner Snivel, lors du repas du festival de Darnétal, Philippe m'a fait un super exposé avec crayonnés explicatifs et il m'a révélé les origines du robot, et m'a même dessiné les Aliens à quatre bras qui l'avaient fabriqué. Ooooops ! j'en ai trop dit…

     

     

     

    D'autres interviews sont disponibles sur les sites partenaires du concours

    SOYEZ TOUJOURS A L'HEURE SILLAGE !

     

    Logo Sillage

    INTERVIEW EXCLUSIVE
    WWW.POUKRAM.ORG


  • Décembre 2003 : Interview exclusive de Jean David Morvan réalisée pour le site officiel par Alexandre Meunier (stagiaire aux éditions Delcourt) à propos de la nouvelle série Nävis .


    A. M.
    Comment t'est venue l'idée de raconter l'enfance de Nävis ?
    J.D. M.
    Pour s'amuser entre deux albums, on avait réalisé une histoire courte publiée dans Pavillon Rouge (N°18), avec Jose Luis. Celui-ci voulait s'essayer à de nouvelles choses graphiques, et comme Philippe Buchet aimait bien ses dessins, notre choix s'est naturellement porté sur Navïs. On a donc travaillé sur ces quelques pages. De plus, nous avons commencé cette collaboration juste après un port-folio de Sillage , ou plusieurs auteurs avaient rendu hommage à la série… Jouer avec notre personnage avait été une très bonne expérience !
     
    A. M.
    Munuera a donc tout de suite accepté de reprendre le personnage de Nävis ?
    J.D. M.
    Oui, vraiment, il a bien aimé cette petite histoire, et elle a vraiment fait l'unanimité. On peut presque dire qu'elle était réussie au-delà de nos espérances, ce qui est assez étonnant !
     
    A. M.

    Le nom de Philippe Buchet, actuel dessinateur de Sillage , est crédité sur la couverture de l'album. Comment à-t-il participé à l'élaboration de cette nouvelle série ?

    J.D. M.
    En fait, il a co-scénarisé l'album. On a aussi beaucoup discuté de la cohérence de l'univers. Il était donc logique qu'il soit crédité sur la couverture, au-delà d'être juste le co-créateur de l'univers de Sillage avec moi !
     
    A. M.
    D'accord, mais est-il intervenu sur l'écriture des pages ?
    J.D. M.
    Non, il n'est intervenu qu'au niveau des idées, pas sur le travail d'écriture page par page
     
    A. M.
    Comment s'est organisée cette collaboration, Munuera habitant l'Espagne ?
    J.D. M.

    Il n'y a eu aucun problème majeur pour travailler avec Jose Luis, on a l'habitude de se fréquenter au niveau travail (par exemple Merlin , ou Sir Pyle )… il n'y a pas de soucis. Je sais qu'il comprend ce que j'écris, et ce que j'essaie de transmettre dans mes histoires. On est donc en terrain conquis, je dirai même en terrain acquis !

    À distance, on travaille par téléphone. Aujourd'hui, avec tous les moyens de communication, on a de la chance, ce n'est pas plus difficile de travailler avec quelqu'un qui habite au Japon, que quelqu'un qui est en Espagne, si on à confiance en son collaborateur… Tout est une question de confiance !
     
    A. M.
    Abordons maintenant l'histoire de cette Navïs en herbe…
    Quel est le cadre de ses aventures ?
    J.D. M.
    Ça se situe dans la jungle, quand elle est petite, avant que Sillage ne la rencontre.
     
    A. M.
    Pourquoi l'action n'intervient-elle pas avant le crash ?
    J.D. M.
    Ce n'était pas intéressant pour nous. Et surtout, il y a des choses qu'on ne veut pas dire, pour lesquelles on veut garder le mystère…
     
    A. M.
    Navïs est jeune, mais possède déjà un sacré tempérament pour une petite fille… Quel âge a-t-elle dans la série ?
    J.D. M.
    C'est difficile à dire, car on n'a pas cadré ça très exactement… Je dirais qu'elle a 5-6 ans…
     
    A. M.
    La feras-tu vieillir comme la Navïs de Sillage  ?
    J.D. M.
    Non, je n'ai pas fait ce choix.
     
    A. M.
    Par rapport à la Navïs adulte de Sillage , quels sont les traits de caractère qu'on peut retrouver dans ce personnage d'enfant ?
    J.D. M.
    Toujours un peu les mêmes que dans Sillage  : elle est mutine, un peu énervée et énervante… Mais en même temps, elle a très bon cœur, elle est sympa et rigolote !
     
    A. M.
    Pourquoi as-tu choisi comme arme le lance-pierre pour ta petite Navïs ?
    J.D. M.
    Parce qu'elle l'avait dans À feu et à cendres ( Sillage , tome 1). Je pense que c'est une arme assez classique pour quelqu'un qui habite dans la jungle, mieux qu'un pistolet. C'est aussi une arme amusante.
     
    A. M.
    Armée de cette magnifique fronde, elle va affronter plusieurs ennemis, comme les redoutables tigrours. Pourquoi choisir des animaux comme personnages secondaires ?
    J.D. M.
    En fait, c'est un petit peu le même principe que sur la série principale. Dans Sillage , elle est toujours seule au milieu d'animaux, dans un environnement étranger. C'est un personnage qui est obligé de faire les choses en solitaire, une héroïne qui doit évoluer par elle-même.
     
    A. M.
    Parallèlement à Sillage , qui aborde des problèmes graves, comme les attentats suicides, la guerre ou la condition des femmes, l'humour et la bonne humeur sont privilégiés dans Nävis
    J.D. M.
    On a cherché à privilégier l'humour, car c'est vraiment cet aspect qu'on voulait mettre en scène. C'est d'ailleurs ce qui fait de Nävis une série sympa…
     
    A. M.
    Ce premier tome évoque la rencontre émouvante entre Nävis et Houyo, point de départ d'une belle amitié qui se perpétue dans la série-mère. En quoi cette BD est-elle un complément de Sillage  ?
    J.D. M.
    Je ne sais pas si on peut vraiment la qualifier de complément, je pense qu'elle a une vie presque propre, en tout cas à mon avis… Je ne sais pas si cette série aurait pu exister si Sillage n'avait pas été créé, mais je suis convaincu qu'elle peut être lue séparément ; voire être découverte avant la série-mère.
     
    A. M.
    Un néophyte peut donc très bien y accéder ? Ça ne s'adresse pas exclusivement aux fans de la première heure ?
    J.D. M.
    Oui, c'est bien ce que je voulais dire ! Je pense qu'on peut arriver à la série Sillage au bout d'un moment, après avoir lu celle-ci.
     
    A. M.
    Combien de tomes sont prévus ?
    J.D. M.
    Nous n'avons pas fixé de nombre de tomes pour l'instant. On a juste pris le parti de faire d'autres albums…
     
    A. M.
    Ce retour aux sources de ton personnage fétiche était-il une façon de retourner en enfance ?
    J.D. M.
    Non, pas vraiment, je ne me pose jamais ce genre de questions… Ce qui m'amusait, c'était de voir comment Nävis avait acquis son caractère, même si on ne parle pas spécifiquement de ça… Comment exprimer cela… En fait, je pense que dans certains films qui essaient de faire des préquels, comme Star Wars ou d'autres, il y a un problème à mes yeux : ils tentent de tout expliquer. Nous, par contre, on n'essaie pas de trouver une explication à tout, on ne va pas dire pourquoi elle est mutine, ou elle a une fronde, etc. Par contre, on parlera de la genèse de son caractère. Ce n'est donc pas une série qui est faite pour éclaircir des zones d'ombre, mais tout simplement parce qu'on avait envie de la réaliser.
     
    A. M.
    L'album achevé, as-tu une anecdote sur sa réalisation ?
    J.D. M.
    Non, à part que Jose Luis a travaillé à un rythme très soutenu ! Et le travail s'est passé simplement, ce qui est rare…
     

     

    Interview réalisée pour le site officiel par Alexandre Meunier (stagiaire aux Editions Delcourt) (22/12/2003)

    Note du webmaster : les illustrations qui illustrent cette interview sont tirées de Pavillon Rouge n°18

    Logo Sillage

     

    Ci-après, d'autres interviews disponibles sur le net...

    • Septembre 2004 - Philippe Buchet   
      Cubik a posté sur 1001bd une interview de Philippe réalisée à l'occasion du Festival Delcourt 2004.


    • Juin 2004 - Morvan & Porcel   
      Reality Show T2
      Morvan & Porcel : « La Bande Dessinée est un média tellement passionnant ! »
      Nicolas Anspach


    • Janvier 2004 - Philippe Buchet - Jean-David Morvan   
      La Quête des Réponses chez Raspoutine
      Entretien avec Philippe Buchet (PB), Jean David Morvan (JDM) et Nicolas Malfin (NM)
      Librairie Raspoutine , le samedi 17 janvier 2004


    • Décembre 2003 - Philippe Buchet   
      Dans une usine désaffectée et réaménagée en pôle d'entreprises se trouve l'Atelier 510 TTC. Quatre dessinateurs, un coloriste et un scénariste ont décidé de partager cet espace où se mêlent savamment atmosphère de travail, convivialité et complicité amicale et familiale...
      Par Kalkaf - Discussion sur le forum d'Objectible...


    • Octobre 2003 - Munuera, de Merlin à Navïs.   
      Ce jeune auteur espagnol s'apprête à publier un nouvel album de Merlin, en compagnie de Jean-David Morvan, aux éditions Dargaud...


    • Septembre 2003 - J.D. Morvan - www.bdnews.net   
      BDnews.net a rencontré Jean-David Morvan, le scénariste de nombreuses séries dont Sillage, Nomad, HK et le récent Je suis morte. C'est avec franchise et gentillesse qu'il a répondu aux questions que lui a posées Cubik.

      Interview réalisée par Cubik au festival Delcourt à Bercy Village le 21/09/2003


    • Août 2003 - J.D. Morvan - www.scenario.com   
      "Sceneario.com: Pouvez vous vous présenter? (études, parcours professionnel...)..."

      Interview réalisée par Siam L'Archiviste et Marie en Aout 2003.


    • Juin 2003 - J.D. Morvan - www.actusf.com   


      "Jean-David Morvan est un forçat de la bande dessinée. Il enchaîne scénario sur scénario. On lui doit Sillage, TDB, HK, Nomad, Troll, Jolin, La Mandiguerre etc. Rencontre avec un homme qui raconte des histoires plus vite que son ombre..."

      Propos recueillis par Jérôme Vincent au salon ParisBD en juin 2003


    • Mai 2003 - Complément PDF à Bodoï n°63   
      Les compléments à BoDoï n°63 de l'interview de Jean David Morvan.

      Episode 1/5 (Reflets perdus, La Horde, Fléau)


    • Mars 2003 - P.Buchet & J.D.Morvan - www.catsuka.com   
      "Nous sommes en compagnie de Philippe Buchet et Jean-david Morvan, ce dernier portant à la main un pot de miel pour la gorge et arborant fièrement son nez rouge...."

      Angoulèmes 2003

      Transcription : Patrouchef.

      © Radio Mon Païs - Catsuka


    • Janvier 2003 - P.Buchet - www.brusselsbdtour.com   
      "C'est en Février 98 que paraît "A feu et à cendres" le premier opus de la série "Sillage". Quatre ans et demi et quatre albums plus tard, "Sillage" s'est révélée comme une des séries "blockbuster" de chez Delcourt...."

      Propos recueillis par Stéphane L.


    • Juin 2002 - J.D. Morvan - www.bdparadisio.com   
      "Jean-David Morvan, scénariste (entre autres) de la série Sillage nous fait le plaisir de répondre aux questions de Thierry Bellefroid pour BD Paradisio, à l'occasion de la sortie du 4ème tome de la série : "Le signe des démons" chez Delcourt. ..."

      Interview réalisée par Thierry Bellefroid


    • Janvier 2002 - J.D. Morvan - www.catsuka.com   
      "On sent dans « 7 Secondes » quand même une histoire de complot gouvernemental qui fait beaucoup penser à un film américain finalement ?..."

      Angoulême 2002

      Transcription : Patrouchef.

      © Radio Campus Bordeaux - Catsuka


    • Août 2001 - J.D.Morvan & P.Buchet - bdmotion   
      "Quel est votre parcours ?

      PhB : Je suis né en 1962, quitté l'école avant le bac pour travailler dans

      ..."

      REIMS LE 22 AOUT 2000.

      BLA...BLA réalisé pour la collection "GENESE".


    • Mars 2001 - J.D. Morvan - www.auracan.com   
      "Jean-David Morvan fait partie de ces jeunes scénaristes révélés au cours de la décennie 1990. Avec des séries comme H.K., Nomad, Sillage, 7 Secondes, il multiplie les collaborations avec les dessinateurs Buchet, Hérault, Li-An, Parel, Savoia. Etiqueté auteur SF, il s'ouvre à d'autres horizons : polars, péplums..."

      Propos recueillis par Brieg F. Haslé en mars 2001

    Logo Sillage



  •